Maison construite avec des Euros.

Comment le plan de relance français est-il perçu par les milieux d’affaires outre-rhin ?

21.09.2020 : Frédéric BERNER, Directeur Général CCI France Allemagne, Gérant de Strategy & Action International GmbH

En Allemagne, on retient du plan de relance français les 3 axes suivants :

  • transformation écologique de l’économie (30 Mrd EUR),
  • développement de la compétitivité des entreprises françaises (35 Mrd EUR),
  • cohésion sociale, et en particulier le maintien ou la création d’emplois (28 Mrd EUR) : activité partielle de longue durée, subvention de la formation et de l’emploi des jeunes, soutien au secteur de la santé…

On salue l’ampleur du plan avec ces 100 milliards, mais on s’empresse d’ajouter quasi systématiquement que 40 milliards seront financés par le fonds d’aides européen…

Il est également de notoriété publique que la crise a touché plus sévèrement la France que l’Allemagne à ce stade (-18,9 % de PIB au 2ème trimestre, contre -11,3 % outre Rhin) et que les 100 Mrd EUR comparés aux 130 Mrd EUR allemands représentent un effort proportionnellement plus important que l’effort allemand par habitant, mais aussi que les marges de manœuvre françaises, notamment du fait du fort endettement du pays, ne sont pas aussi importantes qu’outre Rhin.

On note que, contrairement à l’Allemagne, il n’y a pas de baisse de TVA, le gouvernement français préférant créer les conditions de la reprise économique avant de redonner du pouvoir d’achat aux citoyens.

Ce sont en particuliers les encouragements donnés à l’économie qui intéressent les entrepreneurs allemands, notamment dans les domaines des matériaux et équipements de construction et de rénovation des bâtiments, la mobilité durable, la filière hydrogène, la modernisation des installations de traitement des déchets et des abattoirs (y compris pour le bien-être des animaux), et le renouvellement des machines agricoles et des réseaux ferroviaires.

Enfin, sont appréciés par les investisseurs allemands déjà présents en France, les efforts annoncés pour favoriser la compétitivité de l’économie française, notamment sous la forme de la baisse des impôts de production et d’aide directe à la relocalisation, principalement pour cinq secteurs considérés comme stratégiques : la santé, les principaux composants industriels, l’électronique, l’alimentation et le déploiement des 5G.

En revanche, en ce qui concerne les impôts de production, on note en Allemagne que pour atteindre le niveau allemand il faudrait les baisser de 70 Mrd EUR par an, plutôt que les 10 Mrd EUR prévus !

Besoin de plus d'informations sur le marché en Allemagne ?

Découvrez nos solutions d'accompagnement sur le site de notre filiale Strategy & Action International

Nos experts du franco-allemand vous accompagnent à chaque étape de votre développement en Allemagne.

J'y vais